Partager l'article

« La coutume ainsi est le grand guide de la vie humaine » disait David HUME.

Et oui, les coutumes d’un peuple font sa valeur.

En Haïti, comme dans beaucoup d’autres pays, il existe une variété de jeux traditionnels auxquels les plus jeunes enfants de chaque quartier ou famille s’adonnent.

On raconte que beaucoup de ces jeux découlent de la civilisation grecque et même romaine. Ils ont bel et bien fait leur temps. Parmi ceux les plus courants, nous pouvons citer : la marelle, le saut à la corde, les jeux de mains, course à sac, course à l’œuf…

Ces derniers, comme tant d’autres sont pratiqués un peu partout à travers le monde. Ils ont le pouvoir de développer chez chaque enfant leur aptitude à gérer leurs relations avec leur entourage.

Certains de ces jeux sont les plus courants car ils ne nécessitent pas de dispositifs particuliers ou de matériels coûteux.

Vous serez d’avis que de nos jours ces jeux ne sont plus en vogue comme à l’époque.

Quelles en sont les causes ?

Comment cette ère peut-elle disparaître en un clin d’œil ?

Avec l’avancée galopante de la technologie, il est évident que ces pratiques dites « anciennes » ne soient plus.

Nous avons bien une jeunesse qui est tout le temps scotchée devant leur smartphone. Ce qui n’est pas un problème en soi car de nos jours on peut tout faire grâce à un smartphone .

Communiquer, regarder des vidéos, participer à une vidéo-conférence importante pour le boulot ou pour l’école…

Si l’enfant est détenteur de ce gadget-miracle qui d’ailleurs, lui offre l’accès à des jeux plus cool selon lui, il n’est donc pas nécessaire d’avoir recours à ces jeux .

Les temps ont changé en effet, mais nos traditions ne devraient-elles pas perpétuer de génération en génération ?

Ne devraient-elles pas être sacrées irremplaçables ?

Vous remarquerez qu’au sein de chaque famille, chaque enfant est muni d’un gadget personnel soit un PC, un iPad ou un smartphone et ceci dès leur plus jeune âge.

Tout comme l’argent, la technologie est bien un bon serviteur mais un mauvais maître. Nous nous faisons en effet contrôler par ce qui a été créé par nous .

Nous renouer avec notre propre culture est certainement le mieux à faire pour les générations à venir.

Les parents doivent s’impliquer un peu plus aux loisirs des enfants, c’est à eux de les faire découvrir le plaisir qui se trouve dans les anciennes traditions: “tire kont, sote kòd, aprann yo kèk pwovèb kreyòl, monte kap”.

Certains s’entêtent à vouloir étouffer notre patrimoine, mais ils ne savent pas que ce dernier renferme nos secrets et nos merveilles les plus enfouis…

N’oubliez surtout pas qu’une Haïti de tradition est une Haïti que l’on aime !


Rédigé par Mildred Carla Durogène et corrigé par Diane milord !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.