Partager l'article

Béatrice RAPHAEL, jeune entrepreneure, étudiante en sciences juridiques à l’Université Quisqueya, a déjà vécu plus d’une vingtaine d’années ici-bas mais connaissez vous vraiment cette personnalité ?

Il y a un an et demi, elle mettait sur pied Kokonèt, une entreprise spécialisée en cuisine et pâtisserie de mets tirés de la gastronomie haïtienne.

Assez basique, diriez-vous?

C’est sans compter sur les touches d’unicité et d’authenticité que Béatrice ajoute à ses préparations culinaires, une certaine originalité qui nous interpelle tous sans oublier sa passion pour ce qu’elle entreprend.

L’initiative de créer Kokonèt a été premièrement le fruit de plusieurs demandes sur Instagram après diverses photos mettant en valeur ses recettes cuisinées en son domicile.

En outre, la nécessité de subvenir à des besoins et de créer une forme d’indépendance financière tout en continuant les études de droit, auront bercé l’esprit de Beatrice jusqu’à la réalisation de ce rêve.

D’ailleurs en parlant d’indépendance, sachez qu’elle travaille seule et opérant ainsi, elle gère l’approvisionnement, la confection, les commandes et les prises de contact.

Kokonèt encourage tout d’abord une alimentation saine en proposant parmi ses produits des desserts véganes. Cette nomination vient du mot noix de coco (Coconut) dont le lait est une excellente alternative pour les recettes véganes.

En effet, l’amour de la nature et la finesse qu’elle est en possession la pousse à exploiter des emballages biodégradables ou recyclables.

D’autant plus, elle revisite de temps en temps des recettes locales en les rendant plus saines.

Si depuis la beaskitchenette ( la petite cuisine de Béa, dans son jargon) elle donne vie à sa passion avec les moyens du bord, elle n’a pas hésité à peaufiner son talent en s’inscrivant à l’Ecole Hôtelière d’Haïti où elle apprend les arts culinaires.

Elle avoue également être ouverte à toute expérience culinaire, telle l’exotisme, du moment que la demande conduit à cette opportunité.

Oui ! Des heures et des années ont écroulé depuis sa première expérience au fourneau quand par curiosité à 8 ans, elle profita de l’absence de ses parents pour cuire du petit mil dans une cocotte.

Les adultes étaient certes fâchés à leur retour mais au final sa mère surtout était surprise et fière car c’était mangeable et bon. Voyez vous ?

Cette folle envie n’y était pas sans raison: « Cuisiner a toujours été une passion, un passe-temps et une sorte d’énergie pour moi dans certains moments difficiles. Avec l’encouragement de ma famille et de mes proches, j’ai professionnalisé cette passion, maîtrisé cet art et me suis perfectionnée » . Pour elle, la cuisine restera toujours une langue à part entière.

Béatrice RAPHAEL, une icône de notre cuisine qui fait la fierté de notre culture!


Rédigé par Charlotin Luc Marc !

Corrigé par Michael Lora !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.